Index du forum
M
e
n
u

La musique contemporaine.

Tout est dans le titre.

Retourner vers Discussions musiques



Re: La musique contemporaine.

Message #121 par pdobdob » 30 Nov 2015 à 13:29

Au secours…

Bernard tu es toujours le bienvenue, passe un de ces jours comme cela tu pourra reprendre ton CD  :cheesygrin:

Pierre
On ne peut savoir à la fois exactement quand ça va foirer où ça va foirer et pourquoi ça va foirer.
Avatar de l’utilisateur
pdobdob
Animateur
Animateur
Messages: 2145
Inscription: 21 Oct 2010 à 22:30
Localisation: 48°50'51.35''N / 2°19'35.35''E


Re: La musique contemporaine.

Message #122 par agile » 30 Nov 2015 à 15:24

Yes sir...
Et puisque tu insistes, dés que j'ai 5 minutes, je fais chauffer une thèse sur Holliger.
Do not play your hi-fi to your friends: listening to music is a private matter and your friend's opinions should be of no interest and weight. Alan A. Shaw
Avatar de l’utilisateur
agile
50 watts
50 watts
Messages: 766
Inscription: 22 Oct 2010 à 19:52
Localisation: Val d'Oise


Re: La musique contemporaine.

Message #123 par Alleuze » 01 Déc 2015 à 11:52

Théorie et praxis de la musique contemporaine à l’usage des masses laborieuses



Il convient ici de dénoncer ce que le camarade PP a écrit dans un éditorial récent, « le bruitisme est un humanisme ». On notera que le camarade PP - dont le déviationnisme n’est plus à démontrer, a repris la phraséologie de cette hyène scripturale de Sartre cherchant à n’en pas douter un soutien idéologique petit bourgeois dans son entreprise de sape de l’accession du prolétariat à la prise de conscience de son aliénation…

Mais la réaction ne passera pas.

Vous trouverez ici, un message du camarade Komsomol, tiré de son allocution devant le XXXXIIIème congrès du Parti sur les prolégomènes de la ligne à tenir en matière de musique contemporaine :

"Pour établir une critique de la musique “contemporaine” apparue en Occident vers la fin du vingtième siècle et du début du vingt-et-unième siècle, il est nécessaire de prendre en compte deux phénomènes, deux innovations majeures. Toutes deux apparaissent vers 1970.

Elles s’opposent explicitement à la musique petit-bourgeoisement sérielle, ou post-sérielle. Ces deux nouvelles positions s’opposent radicalement aux musiques tonale, modale, atonale ou sérielle considérées dans leur entreprise anti progressiste. Elles amènent de nouvelles conceptions de la musique, et de nouvelles postures d’écoute plus spécifiquement prolétariennes

La première tendance est la musique spectrale. Le principe est simple, il s’agit d’utiliser comme briques élémentaires non plus les douze notes de la gamme petit-bourgeoisement tempérée, mais les harmoniques naturelles d’une unique note de base. L’artisan musicien prend donc un son d’une certaine fréquence (de préférence un son grave, rappelant une voix d’ouvrier), et en déduit ses harmoniques : le premier son, dont la fréquence est deux fois plus rapide, est à distance d’une octave ; le second son, dont la fréquence est trois fois plus rapide, est plus haut d’une quinte supplémentaire et ainsi de suite.  Les intervalles étant de plus en plus petits, apparaissent donc rapidement des sons étrangers à la gamme petit-bourgeoisement pythagoricienne. Dans ce sens, la musique spectrale est plus tonale que le système tristement tonal classique. Un exemple simple est le Prologue pour alto seul du camarade Gérard Grisey (1976).






Au début de la pièce, l’écriture établit un contraste entre une figure mélodique constituée de quelques harmoniques d’un mi très grave et une note étrangère, la pulsation irrégulière d’un si. Au fur et à mesure de la pièce, les harmoniques s’ajoutent les uns aux autres du plus grave au plus aigu, jusqu’au 72e, ce parcours étant sans cesse interrompu par le battement du si. Les composantes spectrales sont donc ici utilisées de façon purement horizontale (les sons sont prononcés l’un après l’autre), ce qui est idéologiquement en phase avec la ligne du parti."

A suivre…

(honteusement détourné d'une communication sérieuse sur le forum "autour de la musique classique")
I'll play it and tell you what it is later... (Miles Davis)
Avatar de l’utilisateur
Alleuze
500 watts
500 watts
Messages: 7138
Inscription: 03 Juil 2010 à 08:57


Re: La musique contemporaine.

Message #124 par Alleuze » 28 Déc 2015 à 11:53

« Désolé, les djeun’s, il y a encore des notes, mais à 60 ans on ne se refait pas... ».

Cette phrase de Philippe Hurel, frappée au coin d'une décadence petite-bourgeoise caractéristique, donne néanmoins une idée des décalages qu’il peut y avoir en musique contemporaine. Et en effet, si on regarde ce que font les jeunes compositeurs d'Avant-Garde d’aujourd’hui  en particulier de l’autre côté du Rhin, on constate qu’il n’y a pas beaucoup de notes, ou que les notes sont des éléments parmi d’autres.

Ce changement de perspective élargit de façon radicale le champs des possibles (si le Parti le permet, bien sûr).

Dans cette deuxième partie, il sera question de ce héros authentiquement prolétarien nommé Helmut Lachenmann qui fut sans doute le plus influent sur la musique du vingtième siècle. Citons un extrait de Dialectique critique de la musique contemporaine de Pavel Antonov :  « La force de l’ancien système s’exerce jusque dans la musique contemporaine. Le rêve d’une sorte de tabula rasa, tel qu’il put apparaitre à Darmstadt au début des années 50, s’avéra bientôt n’être qu’une illusion. Dans la dynamique d’une renaissance, Stockhausen, Boulez, Nono et beaucoup d’autres pensaient pouvoir libérer la musique de toute aura, de toute “couleur locale”, de tout pathos historique.

Mais bientôt, sous les nouveaux schémas, apparurent les ombres du passé : l’hédonisme sonore à la française dans Le Marteau sans Maitre, le belcanto italien chez Nono, et dans les Momente de Stockhausen, Lachenmann entend une succession d’accords et presque une tonalité de Si majeur. “Éviter les fonctions tonales était une des règles principales de la musique dodécaphonique.

Dans les années 50, la musique sérielle éprouva l’insuffisance des moyens compositionnels qu’elle avait élaborés. En d’autres termes, l’utilisation même de la gamme tempérée implique déjà un effet tonal, de même que l’utilisation des techniques de jeu traditionnelles (...) ne sont que des clichés régis par la pensée tonale qui tous, dans le cadre de la tonalité, exercent une fonction de rapport avec un devenir harmonico-mélodique.” (...) Lachenmann souhaite avant tout libérer l’auditeur “soumis” à ses habitudes auditives, à ses réflexes petit-bourgeois d'une audition calme et détendue :  la beauté, dit-il, est le refus de l’habitude. L’art est une résistance active contre une abstraction représentée par une analyse désormais codifiée du son et dont la dynamique fut interrompue pour des raisons idéologique ou hédonistes. (...)



Lachenmann a longtemps parlé d’une musique concrète instrumentale, faisant référence à un domaine de la musique électronique où les œuvres ne s’élaborent qu’avec des combinaisons de bruits. Le compositeur ne se contentera plus des barrières traditionnelles, particulièrement entre son et bruit, mais les fera rimer d’une manière nouvelle et personnelle. (...) Entre un col legno strident avec beaucoup de pression d’archet et un papier d’emballage vivement déchiré, entre le frottement de deux petits blocs de polystyrènes et un souffle brusque dans la clarinette, entre un coup dans l’intérieur du piano et une cymbale raclée, apparaissent des analogies qui dessinent une nouvelle échelle des sonorités, avec laquelle on peut former aussi bien des accords ou des mélodies, comme on le faisait autrefois avec l’échelle chromatique. Les sons s’analysent en quelque sorte eux-mêmes, dévoilant d’innombrables ramifications que les anciennes habitudes d’écoutes avaient occultées. Les hauteurs — fétiches de la musique sérielle — passent alors au second plan, ce qui rend d’autant plus poétique l’apparition fugitive d’une hauteur reconnaissable. »

(ces extraits sont honteusement pompés et déformés du livret du CD « Wiegenmusik » chez Accord)


A suivre...
I'll play it and tell you what it is later... (Miles Davis)
Avatar de l’utilisateur
Alleuze
500 watts
500 watts
Messages: 7138
Inscription: 03 Juil 2010 à 08:57


Re: La musique contemporaine.

Message #125 par PP_65 » 28 Déc 2015 à 12:01

Bravo camarade Alleuze ! Mais quid des Américains , devons-nous les ignorer ? La parti devra prendre position .
Avatar de l’utilisateur
PP_65
500 watts
500 watts
Messages: 16150
Inscription: 21 Oct 2010 à 18:50


Re: La musique contemporaine.

Message #126 par peyrerouge » 28 Déc 2015 à 16:24

En parlant d'américains j'ai entendu la semaine dernière d'intéressantes émissions sur France Culture évoquant Daniel Caux, fondateur entre autre avec Chantal d'Arcy du label Shandar

http://www.discogs.com/search/?q=shandar&type=all

https://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Caux
"...No dark sarcasm in the classroom..."
  
                     
  UNE MERVEILLE: LOVE I OBEY   https://www.youtube.com/watch?v=is3ilPcIwFA
Avatar de l’utilisateur
peyrerouge
100 watts
100 watts
Messages: 4824
Inscription: 21 Oct 2010 à 17:08
Localisation: Ariège Pyrénées


Re: La musique contemporaine.

Message #127 par Alleuze » 29 Déc 2015 à 07:28

PP_65 » 28 Déc 2015, 12:01 a écrit:Bravo camarade Alleuze ! Mais quid des Américains , devons-nous les ignorer ? La parti devra prendre position .



La censure capitaliste a encore frappé sur la video de Lachenmann mais la juste lutte des masses pour l'expansion de

la musique progressiste vaincra !

I'll play it and tell you what it is later... (Miles Davis)
Avatar de l’utilisateur
Alleuze
500 watts
500 watts
Messages: 7138
Inscription: 03 Juil 2010 à 08:57


Re: La musique contemporaine.

Message #128 par pdobdob » 27 Jan 2016 à 12:58

Sur France Musique pendant une semaine on a célébré le centenaire d’Henri Dutilleux, avec des reportages et des concerts.

Dimanche dans La tribune des critiques de disques la Symphonie n°2  «Le Double»,  j’ai beaucoup d’œuvres de Dutilleux mais je n’ai pas cette symphonie, j’ai donc écouté cette émission avec le plus grand intérêt.

Le palmarès est le suivant :

N°1-Version E - Orchestre des Concerts Lamoureux, dir. Charles Münch (Erato, 1967)

N°2-Version D - Orchestre de Paris, dir. Semyon Bychkov (Philips, 1992)

N°3-Version F - Seattle Symphony, dir. Ludovic Morlot (SS Media, 2015)

N°4-Version B - BBC Philharmonic, dir. Yan Pascal Tortelier (Chandos, 1992)

N°5-Version A - Orchestre du Capitole de Toulouse, dir. Michel Plasson (EMI, 1998)

N°6-Version C - Toronto Symphony Orchestra, dir. Jukka-Pekka Saraste (Finlandia, 1998)

Etant généralement du même avis que les participants il y a cependant une version qui m’a complètement étonné, captivé,
la version F  :arrowr:  Seattle Symphony, dir. Ludovic Morlot un concert enregistré en direct.

En comparaison avec les autres interprétations j’ai trouvé la lecture de cette partition à mon sens parfaite,
je l’aurai choisi comme N°1.
En plus ce qui ne gâte rien la prise de son est absolument magnifique, un équilibre en les pupitres parfait, bref du grand art.

Comme d’habitude je me jette sur mon ordi pour commander ce CD… :neutral: pas disponible en France pour le moment, mais dispo sur Qobuz en fichier 24/96.
Comme pour l’instant je fonctionne avec le support CD que je trouve plus pratique et que de ripper tout mes CD m’ennuierais, je l'ai commandé aux USA, CD que j’aurais début février  :cool:

:idea: Par curiosité j’ai acheté par le même orchestre et le même chef des œuvres que j’avais déjà comme la Synphony n°1,
Tout un Monde Lointain, The Shadows of Time.

Image

Pour porter un jugement il faudrait que je réécoute la n°1, mais d’emblée dans Tout un Monde Lointain je préfère cette version à celle de l’Orch Philhar de Radio France / Myung-Whun Chung / Truls Mork, par contre dans The Shadows of Time je n’aime pas la prestation des chœurs d’enfants que je trouve remarquable dans l’interprétation du Boston Symphony Orchestra / Seiji Ozawa.

La prise de son est au top, je vous met un lien vers l’ING son.

http://www.seattletimes.com/entertainme ... hony-disc/

Pierre
On ne peut savoir à la fois exactement quand ça va foirer où ça va foirer et pourquoi ça va foirer.
Avatar de l’utilisateur
pdobdob
Animateur
Animateur
Messages: 2145
Inscription: 21 Oct 2010 à 22:30
Localisation: 48°50'51.35''N / 2°19'35.35''E


Re: La musique contemporaine.

Message #129 par joperrot » 31 Jan 2016 à 13:49

j'ai produit pas mal de musique contemporaine
Pas mal de récompenses pour la plupart dont 5 ou 6 prix Charles Cros (Grand prix, coup de coeur etc...)
et de l'académie du Disque Lyrique

si ça vous intéresse, quelques visuels:



 













Avatar de l’utilisateur
joperrot
Animateur
Animateur
Messages: 1753
Inscription: 29 Oct 2010 à 13:27
Localisation: Yvelines


Re: La musique contemporaine.

Message #130 par PP_65 » 31 Jan 2016 à 14:46

Il ne te reste pas quelques CD dans un carton ?
Avatar de l’utilisateur
PP_65
500 watts
500 watts
Messages: 16150
Inscription: 21 Oct 2010 à 18:50


Re: La musique contemporaine.

Message #131 par joperrot » 31 Jan 2016 à 14:54

Oh que si !
Si la musique contemporaine produit par un tout petit label se vendait, cela se saurait...
Avatar de l’utilisateur
joperrot
Animateur
Animateur
Messages: 1753
Inscription: 29 Oct 2010 à 13:27
Localisation: Yvelines


Re: La musique contemporaine.

Message #132 par simon33 » 02 Fév 2016 à 09:54

Invité à écouter un système hier avec des grosses Martin Logan , j'ai découvert cet ensemble de Robert Fripp hallucinant ! ..... :biggrin:

Dernière édition par simon33 le 02 Fév 2016 à 12:00, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
simon33
100 watts
100 watts
Messages: 3535
Inscription: 06 Avr 2011 à 07:40
Localisation: Bordeaux


Re: La musique contemporaine.

Message #133 par jmp » 02 Fév 2016 à 11:53

joperrot » 31 Jan 2016, 13:49 a écrit:j'ai produit pas mal de musique contemporaine
Pas mal de récompenses pour la plupart dont 5 ou 6 prix Charles Cros (Grand prix, coup de coeur etc...)
et de l'académie du Disque Lyrique


Je découvre grâce à toi les solistes XXI... Très intéressants, beau travail ! Rachid Safir, qui les dirige, je l'ai connu au sein de A Sei Voci dont j'étais fan (j'ai eu la chance de les entendre dans une chapelle d'Oppede-le-vieux où on monte à pied par une nuit étoilée d'été... grand souvenir).

Carlo Gesualdo était plutôt contemporain du Caravage. Tu peux nous en dire plus sur ce disque de Klaus Huber ? Je ne le trouve pas sur Qobuz...  :wink:
Avatar de l’utilisateur
jmp
50 watts
50 watts
Messages: 842
Inscription: 15 Nov 2010 à 00:21
Localisation: Essonne


Re: La musique contemporaine.

Message #134 par joperrot » 06 Fév 2016 à 12:15

Bonjour,

Oui Klaus Huber est un compositeur et une personne exceptionel.

Je produis les disques de Solistes XXI (ex Jeunes Solistes) depuis 1995...

ce disque est une alternance de Huber et de Gesualdo qui rentrent en résonance et produient un effet de miroir tous le long du programme. L’œuvre de Huber est conçu ainsi, ce n'est pas un choix éditorial.

Non il n'est pas téléchargeable en ce moment (bientôt) car je manque de temps pour gérer mon catalogue sur le numérique....c'est à chaque fois un assez gros boulot...il ne s'agit pas juste de donner des fichiers plus ou moins bien ficelé au distributeur numérique.
Avatar de l’utilisateur
joperrot
Animateur
Animateur
Messages: 1753
Inscription: 29 Oct 2010 à 13:27
Localisation: Yvelines


Re: La musique contemporaine.

Message #135 par Alleuze » 26 Fév 2016 à 15:08

Quelques (pouark) CDs en vrac pour alimenter la discussion...

Contemporain ne veut pas dire inaudible et Rautavaara, en bon finlandais, a écouté beaucoup Sibelius et la musique

allemande (cf la symphonie n° 3 très brucknérienne) mais il est tellement éclectique que l'on peut retrouver nombre

d'influences dans sa musique, du néoclassique à l'aventureux le plus achevé en passant par un romantisme étonnant

Je vous recommande la 7ème qui est aussi la plus connue pour entrer dans l'univers de Rautavaara...


Image

Image

Image
I'll play it and tell you what it is later... (Miles Davis)
Avatar de l’utilisateur
Alleuze
500 watts
500 watts
Messages: 7138
Inscription: 03 Juil 2010 à 08:57


Re: La musique contemporaine.

Message #136 par peyrerouge » 20 Mai 2016 à 21:33

Trouvé chez mon disquaire habituel... Aubert LEMELAND   "Songs for the dead soldiers"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aubert_Lemeland



"...No dark sarcasm in the classroom..."
  
                     
  UNE MERVEILLE: LOVE I OBEY   https://www.youtube.com/watch?v=is3ilPcIwFA
Avatar de l’utilisateur
peyrerouge
100 watts
100 watts
Messages: 4824
Inscription: 21 Oct 2010 à 17:08
Localisation: Ariège Pyrénées


Re: La musique contemporaine.

Message #137 par Alleuze » 21 Mai 2016 à 05:50

Une découverte ! Merci.

I'll play it and tell you what it is later... (Miles Davis)
Avatar de l’utilisateur
Alleuze
500 watts
500 watts
Messages: 7138
Inscription: 03 Juil 2010 à 08:57


Re: La musique contemporaine.

Message #138 par peyrerouge » 21 Mai 2017 à 17:29

Pour rabibocher l'Ariège et les Hautes Pyrénées.... Toivo TULEV l'un des CD du vide grenier de ce matin...




"...No dark sarcasm in the classroom..."
  
                     
  UNE MERVEILLE: LOVE I OBEY   https://www.youtube.com/watch?v=is3ilPcIwFA
Avatar de l’utilisateur
peyrerouge
100 watts
100 watts
Messages: 4824
Inscription: 21 Oct 2010 à 17:08
Localisation: Ariège Pyrénées


Re: La musique contemporaine.

Message #139 par pdobdob » 21 Mai 2017 à 18:24

Puisque l’on ose ré-ouvrir ce fil  :cheesygrin:  voila ma dernière trouvaille :

Thierry Escaich « Baroque Song »


https://www.amazon.fr/Baroque-Song-Thie ... Escaich%2C

Quatre œuvres sur ce disque :

- Baroque Song. http://www.escaich.org/pages/catalogue/ ... -song.html

- Concerto pour clarinette et orchestre. http://www.escaich.org/pages/catalogue/ ... nette.html

- Erinnerung pour orchestre à cordes. http://www.escaich.org/en/pages/works/s ... /page.html

- Suite symphonique pour Claude. http://www.escaich.org/pages/catalogue/ ... laude.html


Quatre créations qui s’imposent comme des figures les plus représentatives de la musique actuelle.

Orchestre de l’Opéra de Lyon, direction Alexandre Bloch et l’excellent Paul Meyer à la Clarinette.


Pierre :music:  :music:  :music:  :music:
On ne peut savoir à la fois exactement quand ça va foirer où ça va foirer et pourquoi ça va foirer.
Avatar de l’utilisateur
pdobdob
Animateur
Animateur
Messages: 2145
Inscription: 21 Oct 2010 à 22:30
Localisation: 48°50'51.35''N / 2°19'35.35''E


Re: La musique contemporaine.

Message #140 par PP_65 » 25 Mai 2017 à 16:42

Avatar de l’utilisateur
PP_65
500 watts
500 watts
Messages: 16150
Inscription: 21 Oct 2010 à 18:50


PrécédenteSuivante

Retourner vers Discussions musiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité